Warning: mail() [function.mail]: mail server down in /mnt/153/sdb/9/7/petitjean.julien/analyz/analyzb.php on line 11
Analyse du CD " 12 Petits Chants " (face B)
L'album " 12 Petits Chants " Face B    
 
Analyse des 12 Petits Chants...
Bio-Graphie
Disco-Graphie
Foto-Graphies
Analyse des 12 Petits Chants...
Surprizes...
Agen-da
Press Book !
Ecouter des extrés...
Commander le cédé !
Liens sympas
M'écrire un mot...

 Voulant faire le malin j'ai voulu un jour faire la même chanson que " Chanson hebdomadaire " mais avec des calembours sur les mois de l'année. Cependant, voyant la difficulté insurmontable du défi, au bout de deux strophes, je laisse tomber, impossible, surtout pour les derniers mois de l'année !

 La difficulté était double : trouver des calembours parfaits au point de vue phonétique d'une part, et une histoire à peu près cohérente d'autre part... J'y suis quand même parvenu presque un an plus tard mais au prix de nombreuses nuits blanches.

Au point de vue musical, l'idée de la mandoline

m'est venue au moment où je me suis dit qu'il fallait trouver une astuce pour différencier distinctement les 2 thèmes musicaux présents sur la chanson.

 Le solo de guitare électrique fut composé en improvisant oralement un solo, puis en le jouant à l'identique mais à la guitare. Pas bête, non ?

     

 Cette chanson doit sa présence sur ce CD uniquement au fait que je manquais de chansons achevées pour arriver au compte de 10. J'ai donc lâchement raclé les fonds de tiroirs et finalement j'ai retenu celle-ci.

 Elle ne présente pas un grand intérêt mais je pense que beaucoup de gens peuvent retrouver leur prénom dedans pour voir avec quoi il rime.

 

 Je l'ai écrite en classe de troisième lors d'un cours ennuyeux. D'abord avec des prénoms de camarades de classe, puis avec tous les prénoms me venant à l'esprit. Je pensais que j'aurais vite fait de l'enregistrer, que nenni !

 J'y ai également ajouté de la flûte pour qu'elle se démarque bien des autres musicalement parlant, je ne veux en aucun cas qu'on dise que toutes les chansons sont sur le même air!

 

 Après plusieurs tentatives j'abandonne l'idée de jouer moi même de la flûte dessus et je confie à ma prof de chant la mission de l'interpréter elle même.

 Le plus fastidieux a été de lui écrire la partition vu que quasiment chaque vers possède un motif de flûte distinct des autres !

 

     
Le silence    

 Ah, le silence ! Un jour où je bavardais en classe avec mon voisin, la prof de français s'énerve après moi et me demande d'écrire une "poésie" sur le silence.

 Elle savait en effet que j'écrivais des textes, je lui

 

en avais montré quelques uns. Je m'exécute aussitôt et à la fin du cours, je lui demande si je peux lire mon oeuvre devant la classe. Elle refusa. Dommage !

 J'ai adoré faire la fin musicale de la chanson où s'entrecroisent des

instruments aussi hétéroclites qu'un kazoo, une guitare électrique, un clairon, une flûte... A noter que en tant qu'instrument de percussion, j'utilise d'une part un ronflement et d'autre part un coup de poing dans le mur qui finalement ressemble fort à un simple bruit de grosse caisse de batterie !

     
Paris    

 Ah, Paris ! Paris vaut bien une messe ! Combien de chansons sur Paris ont elles été écrites à ce jour ? Aucune idée mais celle-ci n'est pas la première et ne sera sûrement pas la dernière.

 Je ne savais pas comment l'appeler pour qu'elle sorte du lot, alors j'ai décidé de l'appeler du nom le plus simple qu'il soit. J'ai effectivement été à plusieurs reprises visiter la

capitale avec mes parents, mais peu d'éléments figurant dans cette chanson sont vrais.

 C'est simplement un ensemble d'idées qui me trottaient dans la tête depuis pas mal de temps. D'autres strophes étaient initialement prévues, mais j'en ai éliminées les jugeant sans intérêt. Mitterrand y est omniprésent, il faut dire que ce dernier a marqué mon enfance, d'autre

part mon grand père l'accusait d'avoir mis la France dans la m... et m'avait fait lire pas mal de livres le concernant.

 J'envisage en outre d'écrire une chanson entièrement consacrée à cet illustre personnage.

 

     

 Cette chanson est le fruit d'un travail méthodique. Tout d'abord comment m'est elle venue à l'esprit ? Encore une fois à cause d'un sketch des Inconnus : le groupe Tranxen 200, qui interprêtait une chanson incompréhensible et soit disant intello pour parodier certains groupes à la mode de cette époque. J'ai donc à plusieurs reprises tenté d'écrire des chansons du même style, mais aucune ne me satisfaisant pleinement.

 Un jour en écoutant les grosses têtes, j'entendis Jean Yann parodier les fameuses dictées de Pivot. Je me souviens exactement des mots qu'il employa : "Les conciliabules éthérés dans la nuit mysanthropique..." j'en ai pissé dans le froc de rire, à tel point que cela m'inspira suffisament pour que j'en écrive une suite.

 J'ai donc pris un dictionnaire et j'ai pioché tous les

 

noms, verbes, adjectifs et adverbes ayant une consonnance qui me plaisait et si possible peu courants dans un vocabulaire de tous les jours. Je les ai classés en quatre colonnes dans un cahier puis j'ai écrit chaque phrase du texte en piochant en fonction du besoin à chaque fois un mot de ma liste. Le résultat donne les conciliabules.

 J'ai décidé que le texte soit en prose et que chaque paragraphe ait des vers de plus en plus long de manière à ce qu'au final je donne l'impression de dire des phrases de plus en plus longues sans reprendre mon souffle, des artifices d'enregistrement permettent évidemment de donner cette illusion tout en enregistrant à chaque fois des petits fragments de phrases ! Les 7 premières notes du solo final sont volontairement pompées sur un morceau de Pink Floyd.

 

 Le solo intermédiaire par contre m'a posé beaucoup plus de problèmes. J'avais confié à un ami la mission de faire un solo à sa propre sauce, mais pour des raisons professionnelles il ne put mener à bien cette entreprise. Pour me consoler, j'ai donc décidé de le faire moi même mais en faisant en sorte qu'il soit vraiment insolite.

 Après plusieurs essais, mon choix se porte sur la sonorité d'une guitare électrique débranchée jouant en accoustique une mélodie un peu orientale ! Voilà pourquoi le solo est complété du son d'un rita, instrument utilisé notamment au Maroc par les "charmeurs de serpents". Les autres bruitages figurant sur ce solo n'ont aucune signification précise mais vous pouvez toujours en chercher...

 La chanson se termine par deux voix insolites disant sur une musique de boîte à musique: "J'espère que ça vous a plu - Moi aussi" laissant supposer que le CD est fini sauf que...

     

 En aucun cas je ne voulais que ce CD finisse sur une note lugubre, j'ai donc mis une touche de gaité et de bonne humeur pour le clore.

 Cette chanson est dans la lignée de chansons comme "la marchande de foie" (voir commentaire

 

correspondant) et j'y ai également ajouté une partie instrumentale à la fin car à l'origine, elle ne durait que 20 secondes environ.

 J'ai découvert cette chanson il y a quelques années lorsque j'entendais souvent des amis la chanter.

 

 Je ne sais pas du tout d'où elle sort mais je pense que c'est le style de chanson qu'on chante en colonie de vacances.

     
Conclusion

 Vous voyez, je suis vraiment très influencé par mes souvenirs d'enfance ainsi que de l'époque du collège et du lycée! Sans parler des anecdotes qui me trottent dans la tête pendant des années.

 

 

Il ne faut donc pas s'étonner que ce CD soit consacré à ce thème!

 D'autre part je voudrais ajouter un truc, ça peut paraître un peu nombriliste de parler ainsi de ses propres

chansons, mais je dirais pour ma défense (d'éléphant) que j'attends la même chose de mes chanteurs préférés... (Ils se reconnaîtront!)